skip to Main Content
Milano, Ma Che Meraviglia

Atterrissage imminent dans la ville la plus sexy d’Italie, Milan.

Pas pour la Fashion Week, pas non plus pour le Salon Internationale du meuble, mais pour vous faire découvrir quelques-uns des nombreux trésors architecturaux de la cité Lombarde. Car en plus d’avoir détrôné Paris au rang de capitale mondiale de la mode et d’être la destination « Design » par excellence, Milan regorge d’un mixte d’architecture où le contemporain côtoie l’historique.

Commençons la visite par l’incontournable Duomo Di Milano. Elle est la troisième plus grande cathédrale du monde et détient aussi le record du plus grand nombre de statues et de gargouilles. Sa construction débuta en 1386 et dura environ 430 ans ou presque, comptant quelques interruptions. Plus de 70 architectes ont été sollicités à travers toute l’Europe afin de réaliser le projet. Contrairement à ce que l’on pense, le Duomo Di Milano n’appartient pas au style architectural gothique, mais s’en inspire grandement. On y retrouve aussi des traits d’architecture colossale et fantasmagorique. Sa majestueuse façade vêtue de marbre de Candoglia en a fait le lieu de plus « instagrammable » de la ville. C’est le cas de le dire…

Duomo Di Milano, troisième plus grande cathédrale du monde.

Duomo Di Milano

Découvrons maintenant La Galleria Vittorio Emanuele, un « must » pour les fans de mode et d’architecture. C’est l’un des centres commerciaux les plus anciens et luxueux d’Europe que l’on reconnaît de part sa double arcade ornée d’un toit en verre. Elle accueille des maisons de luxe italiennes telles que Prada, Versace ou Armani. De plus, elle héberge des librairies, dont les fameuses Éditions Feltrinelli. Inaugurée en 1978 par le roi Victor-Emmanuel II d’Italie, la galerie au style néo-classique baroque est signée Giuseppe Mengoni.

La Galleria Vittorio Emanuele

La Galleria Vittorio Emanuele

« Andiamo » à la Piazza Sempione ou est située l’Arco Della Pace, monument de l’époque napoléonienne. Sa construction débuta avec l’architecte Luigi Cagnola en 1807. Ce dernier utilisa des matériaux appartenant à l’église Saint-François-Majeur suite à sa destruction. Place à un peu d’histoire, car à la suite de la chute du Royaume d’italie le projet est interrompu et ne sera repris qu’en 1826 sous François 1er d’Autriche. Il dédia le monument à la réconciliation des grandes puissances de l’époque lors du congrès de Vienne, en 1815. Retournons maintenant à l’aspect architectural de l’Arco Della Pace.

Les deux architectes Francesco Londonio et Francesco Peverelli prirent en mains la suite du projet après la mort de Cagnola. L’arc est de style néoclassique. À travers ses statues, ses bas-reliefs et ses chapiteaux corinthiens, elle raconte des épisodes de l’histoire tel que la Bataille de Leipzig ou le congrès de Vienne. Ainsi, elle présente des personnages de la mythologie comme Apollon, Minerve, et Mars.

L’Arco Della Pace, monument de l’époque napoléonienne.

L’Arco Della Pace

Direction le dynamique quartier de Porta Garibaldi. Il abrite des adresses milanaise incontournables comme le concept store 10 Corso Como, le Gucci Wall ou encore Eataly. Plus encore, des incontournables de l’architecture à l’échelle internationale telle que la Unicredit tower, les tours Bosco Verticale et la Torre Arcobaleno s’y retrouvent.

Du rooftop du 10 Corso Como un Spritz à la main ou de 10 Kilomètres à la ronde, rien qu’en regardant la tour Unicredit, on se croirait à Dubaï. C’est l’un des gratte-ciel les plus élevés d’Italie. L’architecte de la tour, César Pelli l’a construite en respectant les codes du développement durable. Il réduisit alors les émissions de CO2 de 40 %. L’on peut apercevoir sur l’un des côtés de sa façade miroir, le reflet des tours Bosco Verticale.

La Tour Unicredit

La tour Unicredit

Bosco Verticale, est un succès architectural et écologique. Pour les amateurs d’architecture, c’est un emblème de Milan presque au même titre que le Duomo. Conçu par le Studio Boeri avec l’aide d’horticulteurs et de botaniste, le complexe architectural a été inauguré en 2014. Situé dans le quartier de Porta Nuova, Bosco Verticale est constituée de deux tours résidentielles. La première, Torre E, fait 110 mètres de haut soit 26 étages et la seconde, Torre D, elle, fait 76 mètres de haut soit 18 étages. Ces dernières sont couvertes de 700 arbres et plus de 20 000 arbustes et plantes. Elles ont été choisies pour leur aptitude d’adaptation au climat de la ville. La « Forêt Verticale » est un exemple par excellence d’écodesign urbain.

Bosco Verticale

Bosco Verticale

Toujours dans le district de Porta Garibaldi, la Torre Arcobaleno ou la Tour Arc-en-ciel est réputée pour ses 100 000 carreaux de céramique de couleur. Construite en 1964, n’étant alors qu’une simple tour de réservoir d’eau, elle n’a été renouvelée qu’une première fois en 1990 à l’occasion de la Coupe du monde de football. Puis ensuite, elle fut restaurer à nouveau dans le cadre de l’Expo 2015. La Tour fait partie du projet Wonderline visant à associer des initiatives artistiques et architecturales au thème de la couleur. Ses couleurs représentent « le désir d’habiter intelligemment notre planète, créant ainsi une harmonie entre technologie, nature, innovation et tradition ».

Torre Arcobaleno

La Torre Arcobaleno

Place maintenant à la Villa Necchi-Campiglio, un bijou caché de Milan, et à titre personnel l’une de mes adresses préférées. Situé non loin du Quadrilatero della moda, la villa était le lieu de rendez-vous de la bourgeoisie milanaise de l’époque. Elle appartenait aux sœurs Necchi, Nedda et Gigina.

Considérée comme étant très moderne technologiquement lors de sa construction dans les années 30, la villa au style Art déco a été réalisé par l’architecte Piero Portaluppi, très en vogue à l’époque. Elle était aménagée d’un chauffage central intégré, d’un tennis court couvert, d’une piscine chauffée (une première à Milan) et même d’une salle de projection. La villa est ouverte au public depuis 2008. Vous pourrez découvrir son intérieur Art déco, visiter les différentes salles dont la splendide véranda. Mon coup de cœur de la visite. Petit conseil de touriste à touriste, à la fin de la visite, commandez-vous un bon petit verre à siroter au bord de la piscine.

Via Bergognone 40, Armani/Silos, une autre de mes adresses préférées à Milan, la touche mode de notre visite architecturale. Un dépôt Nestlé transformé en salle d’exposition design et minimaliste. Je cite Armani,  « J’ai choisi d’appeler cela des silos, car c’est là que sont conservés les grains, matériau de vie. Et donc, comme la nourriture, nous avons besoin de vêtements pour vivre. » D’où le nom Armani/Silos. Conçu par Tadao Ando avec le regard artistique de Giorgio Armani, le bâtiment s’étale sur quatre niveaux. Il recouvre alors une superficie de 4 500 mètres carrés. Les murs et les sols sont en ciment pour donner un esprit brut au lieu. Dans l’espace d’exposition, la collection permanente accueille les créations d’Armani au fils des années, de quoi respirer le génie du créateur de mode italien.

Dans le sud de la ville de Milan, la Fondazione Prada est aujourd’hui dédiée à l’art contemporain, après avoir été un complexe industriel. En plus de son patrimoine artistique, la fondation est formée d’un beau contraste d’espaces architecturaux, dont un grand pavillon d’exposition, une tour en feuille d’or et un cinéma. Des variables de styles, de formes et de couleurs si différentes qui nous laissent deviner le style d’art décalé et contemporain que présente la fondation. La fondation fut réalisée par le studio d’architecture OMA sous l’œil de l’architecte Rem Koolhaas. Un ascenseur panoramique, des créations artistiques plus perchées les unes que les autres, et des effets visuels, de son et de lumières, la Fondazione Prada est à ne pas rater si jamais vous êtes de passage à Milan !

Notre tour architectural s’arrête dans le district Portello. Conçu par le paysagiste Charles Jencks et l’architecte paysagiste Andreas Kipar, patron de LAND Milano srl, le Parco Della Portello une bonne représentation de ce à quoi un espace public vert devrait ressembler de nos jours. Le parc est formé de trois lignes circulaires et de trois collines qui font référence à la préhistoire, à l’histoire et au temps présent. Ces trois dernières ont des hauteurs et des caractéristiques différentes.

Les collines Préhistoire (abritant un lac) et Histoire ont toutes les deux une tendance en « S ». Tandis que la colline Présent est conique et comporte un double chemin en spirale surmonté d’une sculpture représentant l’ADN. En vous promenant à travers chacune d’elle, vous verrez des zones pavées avec du gravier, un jardin clos, des arbustes des fleurs pour marquer les 4 saisons, ainsi qu’un banc sans fin contournant les principaux éléments du parc.

Parco Della Portello

Parco Della Portello

Milan a longtemps été étiquetée comme ville industrielle et d’affaire. Et maintenant, plus que jamais, la capitale Lombarde est appréciée à sa juste valeur. Mode, design, architecture (risotto…) un beau mixte qui attirent de plus en plus les touristes du monde entier. Enthousiaste de voir les merveilles que nous réserve Milan pour les années à venir.

Ciao Milano !

 

 -Léa

Petite, je me réfugiais dans ma bulle imaginaire où tout était « beau ». Le « beau » me faisait rêver. J’ai grandi, et le « beau » aussi. Il a évolué, s’est raffiné et m’a amené dans l’univers du Luxe et du Design. Pour moi, le Design est une industrie qui lie art, esthétique et utilité, une industrie  dont les objets racontent des histoires et où le luxe ostentatoire laisse place au luxe émotionnel.

 

 

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bitnami